La maladie parodontale

La maladie parodontale (aussi appelée parodontite et maladie des gencives) est une maladie progressive qui affecte les tissus de soutien des dents, ainsi que les tissus osseux sous-jacents. Si elle n’est pas traitée, la maladie parodontale peut conduire à des dents mobiles et instables, et à la perte des dents.

Les principales maladies parodontales

La gingivite : c’est l’inflammation de la gencive autour des dents. Les bactéries ou le tartre s’accumulent dans les espaces entre la gencive et la dent. La gencive est alors rouge et gonflée, elle saigne spontanément ou lors du brossage des dents. La gingivite est le premier stade de la maladie parodontale. Elle est souvent localisée entre deux dents mais peut s’étendre et même se généraliser. Avec un traitement (détartrage associée à des conseils d’hygiènes bucco-dentaire) cette pathologie est réversible et sans séquelle.

La parodontite : c’est une pathologie plus sévère qui détériore la gencive et l’os supportant les dents et qui, contrairement à la gingivite, conduit à une perte irréversible de tissus autour des dents.  
Les principaux signes sont des saignements gingivaux, un gonflement, le déchaussement des dents, des déplacements dentaires et parfois une mauvaise haleine. Lorsque la maladie s’aggrave, les dents deviennent mobiles. Une parodontite non traitée peut conduire à la perte des dents. Plusieurs facteurs accentuent l’évolution d’une maladie parodontale : tabac, stress, dérèglements hormonaux, diabète, certains facteurs héréditaires.